ATELIER « Marché monétaire et politique monétaire »

PROJETS 2016

Tout d’abord en ce qui concerne la constitution des marchés monétaires, il apparaît qu’une étude soigneuse du rôle des banques devrait être conduite. Elles n’étaient pas clairement désignées dans le projet de 2014,  mais il semble clair que leur rôle dans la gestion et la définition des monnaies a été essentiel, par-delà le rôle évident des banques centrales. L’étude de la « bancarisation » des différents espaces nationaux qui accompagne la monétisation des économies de même que celui de leurs opérations internationales et leurs activités sur le marché des devises, leur rôle dans la constitution de marchés de l’escompte suffisamment larges paraît indispensable à la compréhension de l’histoire des marchés et des politiques monétaires.

En second lieu nous avions fait l’impasse sur l’histoire des monnaies nationales elles-mêmes. Or l’exemple du mark allemand ou du dollar américain au XIXe siècle abonde de problèmes et de questions sur la constitution progressive des espaces monétaires nationaux qui dépend aussi bien des rapports internationaux que de la création d’un marché économique national dont les marchés de l’escompte sont à la fois signes, facteurs et conséquences. Ce qui amène, à l’autre extrémité de l’échelle à réévaluer les tentatives d’unions ou d’unification monétaire internationale.

Ceci nous conduit à un troisième point dont l’actualité se révèle brûlante. Tout le monde parle de « politiques monétaires » sans que l’on sache réellement quoi placer derrière le terme. S’agit-il des conduites des banques centrales, de celles des gouvernements ? On sait combien leurs rapports ont été ambivalents et changeant au cours du temps. Mais il semble néanmoins clair que l’aspect politique au sens strict du terme possède toute son importance. Il suffit de rappeler dans les exemples allemand et américain cités plus haut le caractère fédéral de ces deux Etats de même que de garder à l’esprit les questions que pose aujourd’hui la zone euro.

C’est pourquoi nous nous sommes décidés à continuer à creuser le sillon de cette recherche en y associant formellement de nouvelles énergies, en particulier dans d’autres pays. Nous y sommes encouragés par les contacts déjà pris.

Notre projet pour 2015-2016 consiste en la mise sur pieds de cette équipe internationale avec comme perspective la rédaction d’un projet de recherche pluriannuel susceptible d’être éligible auprès des programmes internationaux/internationaux voués à l’aide à la recherche…

Pour cette tâche, nous prévoyons la tenue à Paris de deux journées d’étude réunissant chacune des représentants d’équipes provenant de 6 à 8 pays. Ces journées séparées de six mois l’une de l’autre devraient être finalisées par ce projet de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

i